Silver économie : et si le « marché des seniors » n’existait pas ?

28 Fév 2020 | Silver économie

Il faut investir dans la « silver économie », le marché est colossal ! Mais qu’est-ce que le marché des seniors ?

Le marché du « bien vieillir » est a priori très étendu : services, équipements, santé et bien sûr hébergements et services à la personne avec les résidences de services et les EHPAD. Tant est si bien que ce secteur d’activité porte aujourd’hui un nom : la silver économie. Il est intéressant de lire l’historique de la notion sur Wikipedia.

Le marché du très grand âge

À partir du moment où il y a une perte d’autonomie et / ou le besoin d’une assistance médicale, on peut effectivement considérer qu’il y a un « marché » bien délimité. Il s’agit principalement des hébergements en EHPAD, avec des services par et pour les établissements, par et pour les professionnels de santé. La « clientèle » ne se limite pas aux personnes âgées, les familles sont aussi parties prenantes, elles attendent des services de qualité et au bon prix pour leurs aïeux et pour continuer à interagir avec eux.

Or le « marché des seniors » ne se limite pas au très grand âge. La silver économie ne se limite pas à la fin de vie. Avant d’être très vieux, on vieillit, progressivement, et cela peut (doit ?) être une période heureuse. 

Silver économie : un marché de l’adaptation

Le marché des « joueurs d’échecs » doit adapter son offre (horaires, confort des chaises… ) pour l’étendre aux seniors. Le marché des « joggeurs » doit réduire ses distances, proposer des exosquelettes, pour l’étendre aux seniors. Le marché des « buveurs de bière » est déjà adapté… mais pourrait proposer des bières avec un goût travaillé pour tenir compte des pertes d’odorat ou la diminution du goût.

Personne ne veut faire partie du marché des seniors… car il n’y a pas de « marché des seniors ». Chaque marché doit s’adapter à ses consommateurs, à leurs capacités et à leurs attentes.

TECHNOSENS : une offre de services décloisonnée, progressive et à la carte

On ne devient pas « vieux » du jour au lendemain. La dépendance est multi-factorielle. Physique ou psychologique. Certains enfants de 10 ans ont une vue beaucoup plus basse que des personnes de 80 ans. Les critères sont personnels. Une personne qui n’a jamais fait de sport ne va pas s’y mettre soudainement en fin de vie, mais quelqu’un de très « social » aura toujours besoin de contacts, avec sa famille ou ses amis.

C’est la vision de TECHNOSENS. Proposer des services qui accompagnent « à la carte » la perte d’autonomie ou de capacité. Cela passe par les technologies pour simplifier des usages et faciliter l’accès à des services. Pendant la période de la Covid-19, de nombreux particuliers ont contacté TECHNOSENS car ils se sont soudainement rendu compte que les systèmes de visiophonie (innombrables) destinés en théorie à tous les publics, deviennent difficiles voire impossibles à utiliser pour leurs aînés. Proposer des solutions simplifiées, appuyées sur des technologies solides, pour que ça marche, c’est ça la vision de la silver économie pour TECHNOSENS.

Cette approche qui consiste à apporter le bon support au bon moment permettra notamment de conduire une politique de maintien à domicile plus efficace.

À LIRE : Article de Thierry CHEVALIER dans TELECOM – La revue de l’association Telecom Paris Alumni – Le lien social (numérique) au secours de nos aînés [.pdf].

risus. nec eget tempus vulputate, fringilla ultricies et, commodo massa